Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2021 2 15 /06 /juin /2021 11:31
Homme/femme, homo/hétéro, colon/colonisé... CHACAL ?

Homme/femme, homo/hétérosexuel, colon/colonisé, natif/migrant... l'ambivalence est à l'honneur ! "Chacal, la fable de l’exil" est une de ces histoires intemporelles et universelles que l’on propose aux enfants comme aux adultes une fois le soleil couché, à la lumière de la lune. La comédienne offre une performance comique et poétique où plus de 13 personnages nous rappellent l'urgence d'une histoire commune.

CHACAL, LA FABLE DE L'EXIL

dès 8 ans - entrée libre sur résa'  : manifesterien@gmail.com

une mise en scène des fables kabyles et de la mythologie berbère

d'après l'anthropologue Tassadit Yacine

25 juin scolaire 14H30 / samedi  tous publics 26 juin 14H30

au Théâtre de l'Oeuvre à Marseille lors des Babelsunciades

La conteuse est « Settoute », d'abord première Mère du Monde, puis sorcière... Celle-ci fut jadis déchue, ce qui donna aux hommes le prétexte pour dominer les femmes et le monde. D'après elle, nous ne sommes guère différents de nos ancêtres. En ce temps-là, les animaux parlaient encore comme vous et moi... le Lion avait le pouvoir ; Chacal était son conseiller ; et le Hérisson avait toujours une ruse qu'il partageait avec ses amis. A travers ces fabuleux récits algériens qui ont traversé les siècles, les montagnes et les mers, nous comprendrons peut-être mieux qui nous sommes et pourquoi nous continuons de nous entre-dévorer.

LA PRESSE EN PARLE :
« Ces fables donnent une belle leçon de résistance » Zibeline - Marseille
« La virtuose comédienne donne une magistrale restitution artistique de la mémoire amazighe » - Journal Le Matin – Béjaïa (Algérie)
«Chaque personnage est double, qu'il soit humain, animal ou divin (...) Les analyses anthropologiques sont bien présentes dans la pièce, mais elles sous tendent le texte et le jeu, respectant ainsi les différents niveaux de lectures des fables animalières » Revue Hommes & Migrations – Paris

D' après l'anthropologue Tassadit Yacine (Chacal ou la ruse des dominés éd la Découverte) / Avec : Virginie Aimone / Texte : Virginie Aimone et Jeremy Beschon / Mise en scène : Jérémy Beschon / Musique live : Franck Vrahidès / Création lumières : Flore Marvaud & Cyrille Laurent / Régie lumière : Jean Louis Floro / Ateliers de médiation : Marie Beschon / Attachée de prod' : Céline Mathieu / Administration : Marie Anne Robveille / Coproduction musée national de l'histoire de l'immigration, exposition Vies d'exil commissaire Benjamin Stora / Durée 1H15

 

+ d'info sur le spectacle en cliquant ici

 

Partager cet article
Repost0
Published by Amandine Bouche
19 mai 2021 3 19 /05 /mai /2021 18:43
Rappel à l'ordre ! à Paris, Montreuil, Marseille et Gap

Quel est le poids du racisme dans la justice française ? Le crime incombe-t-il aux victimes ou bourreaux ? En 1881, à Marseille, lors du retour des troupes coloniales,  des travailleurs d'origine italienne ayant sifflé la Marseillaise, sont pourchassés par la population. Bilan : trois morts. Quelle sera l'issue du procès quand certains journalistes affirment que ces immigrés forment une « nation dans la nation et qu'ils refusent de s'intégrer » ? Un comédien mène l'enquête : des origines de la Première Guerre Mondiale à nos jours ; du foot des black blancs beurs aux pogroms ; de la charge de l'histoire coloniale à la crise des migrants... Sous le feu de l'actualité, le refoulé s'exerce, façonne, conditionne, et s'exorcise sur scène dans un rire salvateur.

 

Rappel à l'ordre !

D'après les recherches de Gérard Noiriel et Michelle Zancarini-Fournel

Entrée libre  dans la limites des places disponibles

info  : manifesterien@gmail.com

 

le 4 juin 19H au Studio de l'Ermitage à Paris 

8 rue de l'Ermitage 75020

Lors de la biennale du Printemps de la Mémoire IDF

Précédé du débat de l'invention de la race à la réthorique de la haine, avec Gérard Noiriel (Historien), Anne Jollet (des Cahiers d'histoire) et de Jeremy beschon (metteur en scène) 

 

le 5 juin 18H à la Parole Errante à Montreuil

9 Rue François Debergue, 93100

Lors de la  Biennale du Printemps de la Mémoire IDF

 

le 9 juin à 15H30 au Centre Social St Elisabeth à Marseille

6 Square Hopkinson, 13004

 

le 12 juin à 14h et 17H30 au centre social les Pléiades, à Gap

20 Avenue de Bure, 05000

 

La presse en parle : «   Le comédien refuse de hurler avec les loups. Au contraire, il rappelle l'histoire. Une réflexion sur les médias dominants  » L'Humanité.

« Percutant one man show. Ce massacre d'Italiens résonne avec l'actualité. Un rappel à l'ordre mieux qu'un long discours.  »  La Provence.

 

Notes des chercheurs associés :

On peut mobiliser toutes les études pour démontrer la « stupidité » du racisme, on ne parviendra pas pour autant à convaincre quiconque d'abandonner ses préjugés. Ce qui est prouvé dans la recherche doit être éprouvé par le public... Gérard Noiriel

Alors que les crises sociales sont le résultat du fonctionnement même du capitalisme, elles sont expliquées par la «  mauvaise gestion  », par «  l’anarchie  », par «  l’absence de fermeté  ». Cette analyse conduit à un appel à « l’ordre  », à la «  fermeté  », à la «  priorité nationale  » qui exigent le renforcement des idéologies et pratiques liées au capitalisme. Le système qui engendre les crises devient la solution à ces crises. Saïd Bouamama

 

Crédit photo : Jean Michel Coubart

 

+ d'info sur le spectacle en cliquant ici

Partager cet article
Repost0
Published by Amandine Bouche
25 avril 2021 7 25 /04 /avril /2021 15:28
Grand Nord à Marseille

POLAIRE 

Inspiré de la mythologie inuit « Amarok », ce spectacle interroge les enfants dès le plus jeune âge sur la fragilité du monde. Immergés dans un Grand Nord sauvage et mystérieux, ils éprouvent les liens qui unissent les hommes aux animaux, aux étoiles, aux rêves…

29 et 30 avril à l'école les Néréides, 11ème

10 et 11 mai à l'école de la Rouguière, 11ème

12 mai à l'ACM de la Belle de Mai, 3ème

14 et 15 mai à l'Acelem Air Bel, 10/11ème

17 et 18 mai à l'école les Néréides, 11ème

Dans les écoles maternelles, primaires, centres sociaux et accueils périscolaires, les marionettistes offrent aux enfants de tous les milieux une rare exigence du théâtre d’ombres

 

+ d’info sur le spectacle

contact : manifesterien@gmail.com

Partager cet article
Repost0
Published by Amandine Bouche
30 mars 2021 2 30 /03 /mars /2021 16:18
Polaire au printemps...

Mercredi 31 mars au Centre social Saint Joseph Fontainieu, Marseille 14ème

Avec la Ligue de l'Enseignement Fédération des Bouches du Rhône

+ d'info sur le spectacle...

Partager cet article
Repost0
Published by Amandine Bouche
12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 19:29
Article sur le rapport Stora et Manifeste Rien

Suite au rapport demandé par M. Macron à l’historien Benjamin Stora sur « les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie », un journal national algérien, « L’Expression », a offert la possibilité aux intellectuels, chercheurs et artistes de revenir sur ce rapport. 

Nous avons eu l’opportunité de nous exprimer. Voici  l’article et le lien vers celui-ci :

 

Le collectif «Manifeste Rien» fait une lecture du rapport Stora

 

«Nous portons une même histoire avec nos différences»

 

Le collectif Manifeste Rien adapte des œuvres de sciences humaines au théâtre pour partager les outils de l’analyse critique. Ils ont notamment adapté «la domination masculine» de Pierre Bourdieu et «Chacal, ou la ruse des dominés» de Tassadit Yacine. Ils travaillent actuellement à la production de leur dernière pièce : «1871 – Fadhma et Louise, le cri des peuples» qui illustre avec brio les mémoires franco-algériennes unies dans un seul même destin.

 

En cette année 2021, commémoration des 150 ans de la Commune et son égérie Louise Michel, alors que le rapport Stora et le questionnement racial du livre de Noiriel occupent le devant de l'actualité des sciences sociales, combien de manifestations ou de livres articuleront l'insurrection parisienne et l'insurrection algérienne ? Assez peu sans doute, voire aucune, malgré les questions et controverses soulevées autour des deux historiens respectivement spécialistes de l'Algérie et de l'immigration. Si les deux insurrections sont directement liées par la défaite de la France contre la Prusse, la mise en lumière de l'une semble toujours éclipser l'autre. Or elles doivent s'éclairer l'une l'autre si l'on veut comprendre les violences sociales et mémorielles qui touchent les deux pays. «1871 - Fadhma et Louise, le cri des peuples» devait être une pièce de théâtre sur deux femmes, nées la même année de 1830, affublées du même quolibet de «sorcière» lors de leur procès, et ayant combattu le même ennemi: l'impérialisme français. Mais cette pièce de théâtre est devenue, au-delà de la trajectoire des deux héroïnes (Fadhma N' Soumer et Louise Michel), une oeuvre sur l'histoire commune des deux pays.

Nous n'aurions pas pu écrire cette pièce sans les apports du colloque «Autour de 1871», qui s'est tenu en 2014 à Béjaïa sous la direction de Tassadit Yacine, où nous avions d'ailleurs joué «Les 3 exils d'Algérie, une histoire judéo-berbère» d'après Benjamin Stora. Les éléments bibliographiques sont quasi inexistants en France tant sur Fadhma N' Soumer que sur l'insurrection algérienne de 1871. Pourtant, la figure historique de Fadhma, morte huit ans plutôt, est incontournable dans la résistance kabyle et les prémisses d'une conscience nationale ; et la dévastation de la répression française de 71 a irrémédiablement marqué l'Algérie dans la gestion géopolitique de son administration et dans le traumatisme des populations indigènes. En cette année 2021, comment comprendre la colonisation et la colonialité sans connaître la trajectoire commune des bagnards parisiens et kabyles, en majorité, exilés en Nouvelle-Calédonie? Parler de trajectoire commune n'occulte pas les différences de traitements entre bagnards français et indigènes, ainsi que le racisme et le sexisme au sein même des camarades. Car ces exilés victimes de l'impérialisme vont rencontrer des Kanaks (indigènes calédoniens), également spoliés par la puissance française. La reproduction des rapports de domination sera souvent plus forte que l'alliance des dominés. Pourtant, si minime soit-elle, cette solidarité, cette convergence des luttes a existé et existe encore. Nous essayons, à notre échelle de femmes et d'hommes de théâtre, de transmettre l'indispensable vitalité de cette lutte.

L'identification et la distanciation des spectateurs envers nos personnages historiques objectivisent les différents destins, les différents degrés de brûlure et possibilités de rémission. Une même histoire dont nous portons toujours, avec nos différences et par la force de celles-ci, l'utopique, mais non feinte, production du présent.

 

 

Membres du collectif Manifeste Rien
Jeremy Beschon et Virginie Aimone

le 18-02-21

 

 + d'info sur  la pièce "1871 - Fahdma et Louise le cri des peuples"

 

+

Partager cet article
Repost0
Published by Amandine Bouche
1 mars 2021 1 01 /03 /mars /2021 13:48
POLAIRE en mars...

Inspiré de la mythologie inuit « Amarok », ce spectacle interroge les enfants dès le plus jeune âge sur la fragilité du monde. Immergés dans un Grand Nord sauvage et mystérieux, ils éprouvent les liens qui unissent les hommes aux animaux, aux étoiles, aux rêves…

2 mars  Centre social Frais Vallon, 13013 Marseille

3 mars Centre Aéré Michelet, 13008  Marseille

5 mars à Trans en Provence (83)

10 mars CCO Centre social Bernard Dubois, 13001 Marseille

Dans les écoles maternelles, primaires, centres sociaux et accueils périscolaires, les marionettistes offrent aux enfants de tous les milieux une rare exigence du théâtre d’ombres

 

+ d’info sur le spectacle

contact : manifesterien@gmail.com

Partager cet article
Repost0
Published by Amandine Bouche
19 février 2021 5 19 /02 /février /2021 13:35
Tamouk et quartiers...

Tamouk est la part de rêve que le collectif Manifeste Rien partage avec les tout petits dans un monde merveilleux, ancestral, puissant. Un théâtre d’ombres par des marionnettistes exigeants, qui se joue dans les écoles maternelles, primaires et centres sociaux, offrant aux enfants de tous les milieux une qualité que l’on ne trouve souvent que dans les théâtres, habituellement destinés… aux seuls enfants d’abonnés.

 

Lundi 22 février, centre social St Louis, Marseille 13015

Jeudi 25 février, ACM Jean Mermoz, Marseille  13008

Vendredi 26 février, MPT - Centre social Belle de Mai, Marseille 13003

 

Une lumière éclaire un plafond couvert de peintures rupestres, où l’on devine des dessins d'animaux... Qui a laissé ces empreintes ? Pourquoi ? Qui a fait ces dessins ? Et quand ?... Tamouk, petit garçon curieux du monde qui l'entoure, nous fait partager son voyage, ses rencontres avec les grandes créatures disparues, les mammouths, les ours des cavernes, les grands échassiers, les fleurs géantes....

 

+ d'info sur le spectacle

contact : manifesterien@gmail.com

 

+

Partager cet article
Repost0
Published by Amandine Bouche
4 février 2021 4 04 /02 /février /2021 10:59
Polaire à la Porte d'Aix...

Polaire propose une expérience théâtrale par immersion visuelle et sonore à 180 degrés. S'asseoir sous la tente et regarder les ombres danser autour de soi, là, tout près... écouter le vent qui emporte le chant d'une petite fille là-bas... Théâtre d'ombres nourrit des mythes les plus anciens, pour ne pas oublier que notre existence, mémoire vive, est faite de toutes ces traces laissées dans le temps et l'espace. Les faire émerger à la surface de la toile pour qu’aujourd’hui encore les enfants côtoient les grands esprits de la forêt, dialoguent avec la lune, dansent sous la pluie et chantent avec les loups. L'ombre et la lumière pour tisser ces liens invisibles et si fragiles entre humains et non-humains, pour continuer à écrire ensemble l'histoire du monde avec la sensibilité en guise de boussole.

 

Le 4 représentions le 17 février ANNULÉES et REPORTÉES  en mars

avec les enfants du centre social CCO Bernard du Bois, 13001

 

Plus d'info sur cette nouvelle création

 

+

Partager cet article
Repost0
Published by Amandine Bouche
21 décembre 2020 1 21 /12 /décembre /2020 15:16
De décembre à janvier

Polaire, théâtre d'ombres

inspiré de la mythologie inuit « Amarok » 

pour les tout petits, les 28 et 29 décembre à Fréjus

 

Ateliers de médiation anthropologie et éduc' pop'

du 8 au 21 janvier, avec les élèves du lycée des Métiers Louis Martin Bret,

avant les prochaines représentations de Homo ça coince...

au Théâtre Jean le Bleu à Manosque

 

Et à écouter sur soundclound  :

« Facho-compatible # 1 » d'après le sociologue Saïd Bouamama

Premier volet d'une création radiophonique en cours...

 

info  : manifesterien@gmail.com

Partager cet article
Repost0
Published by Amandine Bouche
10 décembre 2020 4 10 /12 /décembre /2020 10:04
Les premières « POLAIRE »

Notre théâtre d'ombres se déploie toujours dans les écoles. Ce sont les premières représentations de POLAIRE qui ont lieu ce mois de décembre.

Cette nouvelle création de Leslie Laugero et Cyrille Laurent est inspirée de la mythologie inuit « Amarok ». Quelque part, dans la toundra gelée, la petite fille du froid, témoin de la « naissance du monde », nous fait découvrir la vie des animaux qui peuplent les milieux polaires. Au fil de ses rencontres sur ces terres glacées et fragiles, elle nous révèle la symbiose qui lie un peuple à son milieu...

 

7 et 8 décembre à l'école maternelle le Cros, Eguilles

10 décembre, école maternelle Paul Doumer, La Fare les Oliviers

17 et 18 décembre, école maternelle Jean Mermoz Marseille 13008

 

Plus d'info sur le spectacle

 

 

+

Partager cet article
Repost0
Published by Amandine Bouche