Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 11:37
Le Massacre des Italiens, le 29 mars...

Le Massacre des Italiens d'après le livre Gérard Noiriel

Représentation suivie d'un débat avec Enzo Barnaba (écrivain et historien)

Le peuple est-il « raciste » ? Comment combattre le fléau du racisme ? Quelle relation établir entre les discours républicains exaltant l’identité nationale et les comportements xénophobes  ? Le 17 août 1893 a eu lieu à Aigues-Mortes (Gard) l’un des plus sanglants massacres d’immigrés de toute l’histoire contemporaine de France. Une centaine d’ouvriers italiens, venus travailler dans les salins, sont tués ou blessés. Les assassins, identifiés par les gendarmes, seront néanmoins tous acquittés par le jury populaire de la Cour d’assises...

 Vendredi 29 mars à 20H 

Foyer des jeunes travailleurs-Mimont Habitats,

5 Rue de Mimont, 06400 Cannes

10 € - 5 € réduit / réservation : nicole.caniquit.sfr

Avec la ligue des droits de l'homme, section Cannes-Grasses

 

La presse en parle :

Le Massacre des Italiens” a été salué par tous les spectateurs qui ont notamment relevé le riche croisement de l’intellect et de l’émotion et l’interprétation magistrale de Virginie Aimone." Le dauphiné libéré 

"Le Massacre des Italiens a captivé les élèves du lycée Prévert ( ....) magistralement interprétée par Virginie Aimone" / Le Midi Libre 

"Cette promenade  a su faire revivre un drame violent avec truculence, humour et gravité. Belle performance de la comédienne Virginie Aimone". / Zibeline

D'après le livre de Gérard Noiriel / Texte :  Jérémy Beschon et Gérard Noiriel (Historien et président de DAJA) /  Comédienne : Virginie Aimone / Mise en scène Jeremy Beschon / Production Martine Derrier - Les Petits Ruisseaux / Avec le collectif DAJA

 

Quelques mots de l'historien : 

" Ce spectacle sur le « massacre des Italiens », fruit d’un travail mené en commun avec le collectif Manifeste Rien, est celui qui mobilise le plus fortement le principe brechtien de la fable, comme forme dramaturgique permettant de transposer un problème historique en langage théâtral. Raconter une histoire, c’est « mettre de l’ordre dans l’expérience » et donner une intelligibilité au réel. Grâce au récit, et grâce à sa mise en scène, on peut ainsi rendre accessible à tous, les aspects en apparence les plus abstraits et les plus compliqués de la grande Histoire. Le sens (ou le non sens) de l’histoire n’a plus besoin d’être dit, il suffit qu’il soit montré." Gérard Noiriel

 

Partager cet article
Repost0
Published by Amandine Bouche