Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les rafles, d'un siècle à l'autre

Les rafles, d'un siècle à l'autre

La nouvelle création de Virginie Aimone et Jeremy Beschon continue d'explorer l'histoire de leur ville et du monde. Hiver 1943 : les Allemands et la police française raflent les quartiers de l'Opéra et du Vieux Port, vident le quartier de St Jean de ses 25 000 habitants, avant de dynamiter le berceau historique de la ville... Comment Marseille, durant la deuxième guerre mondiale, put-elle ainsi devenir le lieu tragique où coïncida un acte de guerre et un projet d'administration municipale.

 

La comédienne est prise dans un dispositif de son et de lumière qui l'enserre, l'expulse et la libère. Mais elle est également elle-même « le dispositif » de certaines scènes, jouant les mouvements de foule, l’affrètement de bus et de tramways pour aller à la gare d'Arenc, puis au camp de Fréjus, ou bien au camp d'extermination en Pologne. Elle joue également, avec la délicatesse et l'humour qui lui sont propres, les personnages d'aujourd'hui, de Marseille et d'ailleurs, ainsi que les urbanistes de Euromed dont la rectitude des plans n'est pas sans rappeler d'autres plus anciens.

 

 

 

GASTON CASTEL * : C’est l’occasion providentielle d’assainir la ville et les mœurs, de jeter bas cette vieille citadelle de la punaise et de l’infamie. Faisons du vide, enlevons ces gravats et qu’enfin cesse la honte de Marseille. Un seul moyen, raser tout et vite, et, sur les ruines de ces vieilles masures, bâtir une ville nouvelle. 

*architecte en chef de 1926 à 1941,

chargé d’établir le  «  plan directeur
de la région Marseillaise  ».


LE GÉNÉRAL OBERG * : Marseille est un repaire de bandits internationaux. Cette ville est le chancre de l’Europe et l’Europe ne peut vivre tant que Marseille ne sera épurée

* chef supérieur de la SS et de la Police
  qui contrôle alors l'ensemble du territoire français.

 

 

 

            Si les rafles du Vél d'Hiv à Paris résonnent dans la mémoire collective, celles de Marseille cherchent encore leur juste écho. Celles-ci permettent pourtant de comprendre l'intersection de trois axes essentiels pour appréhender notre actualité : l'histoire de l'immigration et la stigmatisation liée aux origines ethniques et sociales ; les transformations urbaines  des grandes métropoles européennes ; et l'entrecroisement de l'histoire locale et mondiale.

 

Histoire de l'immigration et stigmatisation : la persécution nazie visait d'abord les juifs, mais la rafle du 22 janvier dans le quartier de l'Opéra, puis celles des samedi 23 et dimanche 24 janvier ont expulsé et déporté prêt d'un millier de Marseillais jugés indésirables quelles que soient leurs confessions. La stigmatisation des habitants des quartiers du Vieux Port, nommés «  la Petite Naples  », prend sa source dans un violent racisme envers les classes populaires en général et envers les immigrés italiens en particulier.

 

L'urbanisme : Les Allemands qui ont dynamité toute la rive Nord du Vieux Port, ont trouvé des collaborateurs dévoués. Des projets tout prêts. Le plan de traçage du dynamitage reprenant celui de l'architecte français Eugène Beaudoin exécuté deux années auparavant... Un plan lui-même inspiré du plan Greber, réalisé dans les années 1930 lors de la destruction de la Blanquerie (quartier le plus peuplé de Marseille) par la municipalité, sans même savoir ce que l'on ferait à la place...

 

Histoire locale et mondiale : Si le berceau historique de la ville a été rasé en moins d'un mois, si les habitants et le patrimoine ont été explosés, exterminés, déportés, dévastés, meurtris, traumatisés, il en va bien sûr de la rencontre et de l'affrontement d'une cité et de ses habitants, d'une ville et d'un État, d'un quartier et d'un conflit mondial qui vit l'avènement du 3ème Reich.

 

 

Texte : Jeremy Beschon avec la collaboration

de Virginie Aimone et de Vanessa Pedrotti 

Mise en scène : Jeremy Beschon / Comédienne `: Virginie Aimone  

Lumière : Cyrille Laurent et Jean Louis Floro 

Création et  régie son : Tom Spectrum

 

Avec l'aide de Pascal Luongo
avocat au barreau de Marseille et du collectif St Jean 24 Janvier 1943

 

Création en cours, plus d'info  : manifesterien@gmail.com

photo : Élise Carratala

 

 

Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :